Littérature française

La poupée sanglante, Gaston Leroux

La poupée sanglante, Gaston LerouxLa poupée sanglante est un roman de Gaston Leroux publié originellement en 1923 sous forme de feuilletons quotidiens. 

Sur l’Île Saint-Louis, le relieur d’art et poète Benedict Masson se languit d’amour pour la douce Christine, fille d’un talentueux horloger. Celle-ci, bien que fiancée à Jacques Contentin, prosecteur à l’école de médecine, se meurt d’amour pour Gabriel, un étrange et beau jeune homme que la famille cache jalousement dans son atelier. Benedict enrage, car il est lui-même doté d’un physique très ingrat qui repousse les femmes.  
Le jour où Christine lui demande de venir travailler avec lui dans la demeure du marquis de Coulteray, Benedict accepte avec empressement. Mais il règne une étrange atmosphère dans ce manoir. La marquise se meurt, atteinte de folie dit-on. Entre deux crises, elle met en garde Christine et Benedict : son mari la mord et la vide de son sang. 
Benedict ne sait pas encore qu’il vient de sombrer dans une implacable machination. 

Découvrir une des dernières oeuvre du père de Rouletabille s’annonçait savoureux, même si ce livre traînait dans ma PAL depuis des lustres. Mais je ne m’attendais pas à un tel bijou !   
Gaston Leroux, célèbre pour ses romans policiers teintés de fantastique, ne déroge pas à la règle avec sa Poupée sanglante. La narration, qui alterne les extraits de journaux, oscille, tremblote, le fantastique est là, se dressant fièrement contre la science et la raison. Benedict Masson, personnage ambivalent s’il en est, est-il le poète transi qui se meurt d’amour pour la belle Christine ou le sauvage tueur de femmes de chambre, comme le récit nous l’apprend par la suite ? Le mystère reste entier… Gaston Leroux s’amuse à jouer avec les codes du genre, empruntant à Mary Shelley mais aussi aux romans gothiques. Le mystère est là, au milieu de tous, en plein Paris. La mort rôde, la vie après la mort aussi, aidée de la science. Bref, un roman à la construction savoureuse, rempli de retournements de situation, sombre et glaçant comme à souhait.  Un roman parfait pour cette période de l’année, porté par un grand nom du roman populaire du 20e siècle. A découvrir sans tarder !

Logo Pumpkin Autumn Challenge

Menu Automne Frissonant catégorie Le cri de la Banshee  
du Pumpkin Autumn Challenge organisé par Guimause

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

J’aime bien ce genre de romans, tant mieux si ça n’a pas vieilli !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Il n’a pas pris une ride ! Et niveau construction narrative, il coiffe au poteau les 3/4 de la production contemporaine !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

J’aime bien ce genre de romans, tant mieux si ça n’a pas vieilli !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Il n’a pas pris une ride ! Et niveau construction narrative, il coiffe au poteau les 3/4 de la production contemporaine !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

J’aime bien ce genre de romans, tant mieux si ça n’a pas vieilli !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Il n’a pas pris une ride ! Et niveau construction narrative, il coiffe au poteau les 3/4 de la production contemporaine !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

J’aime bien ce genre de romans, tant mieux si ça n’a pas vieilli !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Il n’a pas pris une ride ! Et niveau construction narrative, il coiffe au poteau les 3/4 de la production contemporaine !

8
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x