Littérature américaine

Retour à Little Wing, Nikolas Butler

Retour à Little WingRetour à Little Wing est le premier roman de l’américain Nikolas Butler publié en août 2014 aux éditions Autrement. 

Lee, Ronny, Kip et Hank. Quatre amis qui ont grandi ensemble à Little Wing, petite bourgade du Wisconsin. Certains en sont partis, d’autres sont restés. L’un est fermier, l’autre chanteur, le troisième ancien courtier, tandis que le quatrième, depuis un accident de rodéo, n’est plus tout à fait lui-même.   
Pour l’heure, les retrouvailles ont sonné à l’occasion du mariage de Kip. Mais malgré leur passé commun, les quatre hommes sont aujourd’hui bien différents dans leur façon d’appréhender leur vie et le monde. Et si l’amitié et les souvenirs restent leur point d’ancrage, la vie et ses surprises rendent parfois bien difficile la compréhension et la communication.

Quelle lecture… Ce roman est une petite merveille d’une fraîcheur inouïe. Et pourtant, ceux qui me connaissent bien savent que la littérature américaine n’est pas celle vers laquelle je me tourne d’ordinaire spontanément. Mais j’ai bien fait de passer outre et de sortir de ma zone de confort pour partir à la rencontre de ce petit bijou littéraire.   
Ode à la vie et à l’amitié, Retour à Little Wing entraîne son lecteur dans le microcosme de cette petite ville américaine perdue au fin fond du Wisconsin. Le temps semble s’y être arrêté. Les habitants comme condamnés à y rester.    
La narration à plusieurs voix – chacun des quatre personnages prend à tour de rôle en charge une partie de l’histoire – offre une dimension très intime et personnelle au récit. Chacun y va de son souvenir, de son anecdote. De ses blessures, aussi. De ses rancoeurs, parfois. Au lecteur d’accompagner tout ce petit monde qui gravite autour de cette ville imaginaire. Entre ceux qui sont restés et ceux qui reviennent, après des années, le fossé est là. Sauront-ils le combler ?    
L’émotion est au rendez-vous de ces souvenirs évoqués, de ces querelles du passé, de ces erreurs de chemin. Personne n’est épargné, ni Lee, le chanteur adulé, ni Hank, le paisible fermier, ni Ronny, ancienne star du rodéo aujourd’hui diminué, ni Kip, un peu trop calculateur. L’amitié est forte, entre ces quatre personnages, et il en faut une sacré dose pour surmonter des présents aux réalités multiples.    
Nikolas Butler signe ici un excellent premier roman au rythme parfait et 
dans lequel on plonge sans hésitation. Pour ma part, je suis encore hantée par les personnages et l’ambiance singulière de cette histoire, quelques semaines après ma lecture.

D’autres avis : Clara, Estellecalim, Jérôme, Jostein KathelMimipinsonSandrine, Tiphanie, etc.

« Nous étions unis par le sentiment d’être différents de notre milieu et aussi peut-être par un sentiment de supériorité par rapport à l’endroit qui nous avait formés. En même temps, nous étions épris. Épris d’être les rois d’une petite ville, perchés sur ces tours abandonnées, dominant notre avenir, en quête de quelque chose – du bonheur peut-être, de l’amour, ou de la gloire. » (p.88)

« Chez nous, c’était un foyer. Un nid. Un endroit dans lequel ont et on aime. Il est parfois utile d’espionner la vie des autres. Pour moi, en tout cas, ça m’avait fait réaliser combien j’aimais ma vie. » (p.125)

« Chantez comme si vous n’aviez aucun public, chantez comme si les critiques n’existaient pas, chantez votre ville natale, chantez le grand bal du lycée, chantez les cerfs, chantez les saisons, chantez votre mère, chantez les tronçonneuses, chantez le dégel, chantez les rivières, chantez les forêts, chantez les prairies. » (p.232)

« Hank m’a alors serré dans ses bras et je me suis remis à pleurer, mais il m’a serré si fort – on aurait dit qu’il avait juré de me briser les côtes – que j’ai compris qu’il ne me lâcherait pas avant que j’arrête de pleurer. J’ai aussi compris quel type de père il était, quel type de mari et d’homme il était. J’ai compris qu’il était plus fort que moi, meilleur que moi. » (p.245)

J’ai lu ce roman dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire de Priceminister. Merci Oliver et toute l’équipe pour l’organisation !

Blog_LogoRentreeLitteraire2014_03

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Je suis contente de voir qu’il t’a plu aussi les avis sont majoritairement négatifs.

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Hihi, comme quoi… Bizzz

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

« Fraicheur » est un mot très juste pour ce roman je trouve. Ne nous laissons pas abattre par les fâcheux

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Hihi… Tu as bien raison !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Je suis contente de voir qu’il t’a plu aussi les avis sont majoritairement négatifs.

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Hihi, comme quoi… Bizzz

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

« Fraicheur » est un mot très juste pour ce roman je trouve. Ne nous laissons pas abattre par les fâcheux

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Hihi… Tu as bien raison !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Je suis contente de voir qu’il t’a plu aussi les avis sont majoritairement négatifs.

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Hihi, comme quoi… Bizzz

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

« Fraicheur » est un mot très juste pour ce roman je trouve. Ne nous laissons pas abattre par les fâcheux

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Hihi… Tu as bien raison !

12
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x