Littérature algérienne

L’attentat, Yasmina Khadra

attentatIl est de ces livres qui vous bouleversent littéralement, vous poussent dans vos retranchements et vous forcent à réfléchir. L’attentat, roman de nombreuses fois primé de Yasmina Khadra, fait partie de ce genre là.

Tel Aviv. Un attentat suicide dans un restaurant bondé. Amine, jeune chirurgien israélien d’origine arabe, opère les blessés qui arrivent en grand nombre.

Exténué, il rentre chez lui. Au milieu de la nuit, un coup de téléphone le réveille en sursaut. C’est au sujet de sa femme. Elle a été tuée dans l’attentat. Mais ce qu’Amine met beaucoup de temps à comprendre et à admettre, c’est que c’était elle la kamikaze qui a fait sauter ce restaurant plein.

Commence alors pour le narrateur une douloureuse période de recherches sur sa femme, ses fréquentations,  pour comprendre ses motivations, et ce qui l’a incitée à cet acte. La difficulté d’admettre qu’il ne la connaissait pas, qu’il la laissée commettre l’irréparable et l’innommable au nom d’une cause qui lui est étrangère et qu’il ne comprend pas.

La lutte pour survivre  et recommencer à vivre avec cette réalité, la culpabilité de n’avoir rien vu, la haine, aussi.

Un roman poignant, le premier que je lisais de cet auteur. Une écriture à couper le souffle. Des phrases à la prosodie qui fait sens, un rythme narratif qui oblige le lecteur à poursuivre un peu plus loin sa lecture, incapable d’en rester là.

Une grande émotion face à cette histoire, beaucoup d’identification au narrateur pour ma part, de compréhension face à sa culpabilité et ses doutes.  Une belle leçon  de réflexion sur le conflit israëlo-palestinien.

A lire à haute voix à un auditoire (même restreint…) pour apprécier le style incisif et lyrique de l’auteur.

« Je me sens patraque, halluciné, dévitalisé. Ne suis qu’un énorme  chagrin recroquevillé sous une chape de plomb, incapable de dire si j’ai conscience du malheur qui me frappe ou bien s’il m’a déjà anéanti. » p.36

« C’était sur le bord d’un lac suisse tandis que l’horizon crépusculaire se prenait pour un tableau de maître : « Je ne te survivrais pas une minute de plus « , m’avait-elle confié. » p.80

« Il est des matins qui se lèvent sur d’autres nuits. » p.83 (pour Marine !)

« Le matin, à l’heure où la nuit retrousse ses ourlets sur les premiers attouchements du jour, je suis débout. » p.229

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Anonyme
Anonyme
2022 années il y a

help
Ah ben du coup, tu vas peut-être pouvoir m’aider, je suis fan de ce bouquin que j’ai lu il y a un petit moment déjà et je me souviens avoir été touchée par une phrase toute simple que je ne retrouve plus et qui ressemble à un truc du genre « il y a des lendemains qui se lèvent sur des crépuscules », rapport à toute la tragédie palestinienne, si ça te dit quelque chose, j’aimerais bien avoir la citation exacte…

Anonyme
Anonyme
2022 années il y a

Help résolu !
Trouvé ! C’est page 83 !! Je l’ai ajouté dans mon billet avec une dédicace

Anonyme
Anonyme
2022 années il y a

J’ai déjà entendu beaucoup de bien sur ce livre mais j’attends que ma PAL désemplisse un peu avant de succomber, c’est pas gagné^^

Anonyme
Anonyme
2022 années il y a

Je pense que tu n’y resteras pas indifférente Cynthia, et l’avantage c’est qu’il est quand même très court, donc entre deux lectures, assez facile à caser !!

Anonyme
Anonyme
2022 années il y a

Ja’i bien fait de venir lire ton blog soukee, mais la liste du Père Noêl s’allonge dangereusement … !

Anonyme
Anonyme
2022 années il y a

Celui-là je pourrai te le prêter si tu veux looklulu !!!

6
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x