BD et romans graphiques

Sœurs d’Ys, M.T. Anderson et Jo Rioux

Sœurs d’Ys est un album signé M.T. Anderson pour le scénario et Jo Rioux pour les dessins. Il est paru en septembre dernier chez Rue de Sèvres.

Ys est une cité magnifique érigée au milieu des eaux. Bâtie par la magicienne Malgven, qui a construit des digues pour retenir les eaux et dompté les monstres marins pour en assurer sa sécurité, la ville a été longtemps prospère. Mais alors que Malgven s’éteint, son mari, le roi de la cité, pleure sa femme avec ses deux filles, Rozenn et Dahut. Petit à petit, les deux sœurs s’éloignent l’une de l’autre, Rozenn, l’héritière du trône préférant au faste de la cours la nature et ses animaux, tandis que sa cadette se complaît dans les réjouissances de la vie au palais. Mais plus les sœurs rempruntent de chemins différents, plus la cité se fragilise. Quelque chose semble sourdre et menacer sa prospérité.

S’inspirant d’une légende bretonne sur la cité engloutie d’Ys, cet album en livre une version des plus intéressantes, tant narrativement que visuellement, en prenant appui notamment sur la version de l’écrivain français du XIXe Emile Souvestre. Dans cette version, la cité d’Ys est engloutie par les flots après que

J’ai découvert cette légende en ouvrant cet album et j’ai été conquise par sa résonance. La femme apparaît comme tentatrice, mais aussi pécheresse et responsable de l’engloutissement de la cité par les flots à cause de son pêché de luxure. Cette vision christianisé qui diabolise la femme et l’érigeant en sorcière est intéressante, et l’opposition entre les deux soeurs ne fait que la renforcer, l’une étant l’incarnation du Bien tandis que l’autre représente le Mal.

Les dessins de Jo Rioux entraînent le lecteur dans cette légende fantastique et l’engloutissent peu à peu par un jeu de découpage des plus intéressant. La double page s’efface parfois au profit d’une symétrie verticale, le texte se faisant absent au profit du dessin qui permet d’indiquer une certaine temporalité.

L’album est baigné par les teintes froides – vert, beige, bleu – comme si l’eau était toujours là, aux portes d’Ys, prête à submerger la ville.

Une très belle découverte que ce one-shot, tant narrativement que visuellement. Merci aux éditions Rue de Sèvres pour la découverte de cet album.

Cette semaine, c’est  Moka  qui accueille les billets des amoureux des bulles !

Et voici ma sixième participation au Challenge d’Halloween organisé par Hilde et Lou.

https://i1.wp.com/www.lelivroblog.fr/media/01/01/1645231641.jpg?resize=340%2C226
5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

18 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
Chicky Poo
18 jours il y a

Je le vois beaucoup passer et j’ai très très envie de le découvrir !!! 🙂

FondantGrignote
18 jours il y a

Que c’est beau ! Tout donne envie dans cet ouvrage. Je comprends que tu aies craqué ! Noté 😀 Bonne fin de semaine à tous les 3!

Mylene
15 jours il y a

j’ai beaucoup aimé moi aussi !!

Karine
14 jours il y a

Celui-là, il me le FAUT.

Fanny
12 jours il y a

Les dessins sont superbes !

Stephie
12 jours il y a

Il ne me tentait pas mais vos billets successifs vont me faire craquer…

Blandine
12 jours il y a

Je vois beaucoup passer cet album et chaque chronique me donne toujours plus envie de la découvrir !

Caro
12 jours il y a

Ca a l’air tentant, mais je ne suis pas très légendes bretonnes… Pour plus tard peut-être…

Alice
5 jours il y a

Pas spécialement fan du graphisme mais j’aime beaucoup ces légendes et tu es convaincante. J’y jetterai un oeil et plus si affinités 🙂

18
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x