Littérature anglaise

Feu d’artifice mortel, Faith Martin

Feu d’artifice mortel est le cinquième tome des aventures du duo d’enquêteurs Trudy Loveday et Clement Ryder, imaginées par la britannique Faith Martin. Il est paru en février dernier aux éditions Harper Collins.

5 novembre 1961. Alors que toute la famille Hughes est réunie dans la demeure familiale pour célébrer la nuit de Guy Fawkes, le cabanon de jardin où sont entreposés les feux d’artifices explose, entraînant la mort du patriarche, Thomas Hughes. Si l’enquête conclue rapidement à un accident, un journaliste laisse sous-entendre que la police n’a pas bien mené l’enquête et qu’il s’agit en réalité d’un meurtre. La jeune Trudy Loveday est mise sur l’affaire, bientôt rejointe par le coroner Clement Ryder. Le duo commence à enquêter, certain de ne rien trouver, mais bien vite, il apparaît que Thomas Hughes était un tyran avec sa famille et que tous ses proches le détestaient. Et si la rumeur disait finalement vrai : et si c’était un meurtre ?

La série Loveday & Ryder fait partie de ces séries divertissantes dont j’attends chaque nouveau tome avec plaisir. Alors dès que j’ai reçu celui-ci, je l’ai dévoré en deux jours, me plongeant avec plaisir dans l’ambiance du Oxford des sixties.

L’auteure entraîne son lecteur dans une nouvelle intrigue bien ficelée. Les archétypes du genre sont là – la demeure familiale ancienne, les secrets de famille, les apparences trompeuses, les mesquineries et autres mensonges – et l’intrigue se déroule avec fluidité autour de cet accident qui ne semble pas en être un. La victime apparaît très vite comme un personnage cruel et égocentré, intéressé uniquement par l’appât du gain. Heureusement, Loveday et Rider possèdent une finesse d’analyse qui va leur permettre de démêler le vrai du faux.

Les deux héros continuent de construire leur relation amicale – le vieil homme devenant peu à peu le mentor de la jeune recrue de la police – et l’ensemble fonctionne bien. Oxford apparaît toujours en toile de fond, et les références à l’époque sont nombreuses. Le question de la condition féminine est toujours soulevée par le personnage de Trudy, personnage féminin fort dans une époque où la place de la femme n’est pas encore bien établie dans la sphère professionnelle.

Bref, je me suis laissée porter par cette intrigue bien menée, au dénouement inattendu et j’ai passé, comme à chaque fois, un très bon moment avec ce roman. J’ai hâte de voir ce que la suite des aventures réserve aux héros. Merci aux éditions Harper Collins pour cette lecture.

Quinzaine British Mysteries
chez Lou et Hilde
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Chicky Poo
6 mois il y a

J’aime vraiment énormément cette série ! Ce tome m’a beaucoup plu, je l’ai trouvé original et j’aime beaucoup la relation entre Trudy et Clement. Vivement la suite !

Hilde
6 mois il y a

Je n’en suis pas encore au cinquième tome mais j’aime beaucoup ce duo d’enquêteurs et le cadre des enquêtes. Merci pour ta participation à notre quinzaine British Mysteries. 🙂

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x