Littérature anglaise

Un pique-nique presque parfait, Faith Martin

Un pique-nique presque parfait est le deuxième tome des aventures de Trudy Loveday et Clement Ryder, duo d’enquêteurs imaginé par Faith Martin, le nom de plume de Jacquie Walton. Il est paru en juin dernier aux éditions Harper Collins.

L’été 1960 est troublé à Oxford par la mort d’un étudiant lors d’une fête organisée au bord de l’eau. Le corps de Derek Chadworth est retrouvé sans vie après les festivités, alors que l’alcool coulait à flot. Ce qui aurait pu passer pour une mort accidentelle éveille les soupçons du coroner Clement Ryder. En effet, aucun témoin appelé à la barre ne se souvient avoir vu la victime lors de la fête. Et si son meurtre avait été déguisé en accident ? Ryder décide de mener l’enquête et fait appel à la jeune recrue Trudy Loveday, avec qui il avait fait équipe par le passé, pour percer à jour cette sombre histoire.

J’avais découvert ce duo d’enquêteurs il y a quelques mois en dévorant Le Corbeau d’Oxford, le premier tome de leurs aventures. M’étant régalée avec ce cosy crime, j’ai plongé avec enthousiasme dans ce deuxième volet de leurs enquêtes. Et je me suis une nouvelle fois régalée !

L’intrigue s’ouvre sur la fête organisée un matin sur les bords d’une rivière et qui sera le lieu du triste événement. Faith Martin prend le parti de commencer son roman en mettant en scène un personnage inconnu, qui assiste à la scène, avant de faire entrer sur scène ses personnages principaux. L’idée est intéressante et apporte une certaine dynamique à l’intrigue, qui, une fois enclenchée, se déroule ensuite à bon rythme.

L’auteure a pris le parti de situer celle-ci dans le milieu estudiantin aisé d’Oxford et de s’intéresser à ce qui se cache derrière les masques de l’aristocratie britannique. Elle n’hésite pas à dénoncer les passe-droits et autres irrégularités qui entourent la vie des jeunes gens aisés qui fréquentent St Bede’s College.

En parallèle, les deux héros gagnent en épaisseur psychologique et les liens qui les nouent se développent peu à peu, laissant présager une amitié forte et sincère entre le sexagénaire et la jeune femme.

Bref, je me suis encore une fois régalée avec cette intrigue au charme désuet qui interroge les rapports de classe et les questions de condition féminine. Une série que j’ai plaisir à suivre, c’est certain ! Un grand merci aux éditions Harper Collins pour la découverte de ce roman.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
Céline
3 mois il y a

Il va falloir que je me plonge sur ces aventures ! c’est très tentant à te lire 🙂
Les couvertures sont très jolies aussi.
Bonne journée !

Chicky Poo
3 mois il y a

J’ai beaucoup aimé ce deuxième tome aussi ! J’ai presque préféré celui-ci au premier, je lui ai trouvé un suspense plus fort. Ravie d’avoir pu découvrir la série grâce à toi 🙂

FondantGrignote
3 mois il y a

Toujours aussi tentée par cette série !!:-) Bon retour chez vous après votre séjour à 3 (c’est vrai qu’on se sent tellement plus sûrs de soi et plus sereins quand on a vécu les premières vacances avec bébé ^_^). J’ai posté un billet-rappel pour le RAT du week-end prochain, si tu veux toujours te joindre à nous !! 🙂 J’ai hâââââte ! Bon courage pour la reprise de Monsieur Barbu et très très bon dimanche, bises 😉

Jerome
3 mois il y a

cosy crime, je ne connaissais pas cette appellation (ignare que je suis). Maintenant que je sais, je peux te dire que ce n’est pas pour moi 🙂

8
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x