Fantasy

Le protocole de la crème anglaise T.1 Prudence, Gail Carriger

Prudence est le premier tome de la série Le Protocole de la crème anglaise de l’archéologue et romancière américaine Gail Carriger. Il est paru chez Le livre de Poche en 2016.

Prudence Alessandra Maccon Akeldama – ou Rue pour les intimes – est la digne héritière de ses parents, un loup-garou, une paranturelle et un vampire comme père adoptif. Unique métanaturelle au monde capable de voler ses pouvoirs à n’importe quelle créature surnaturelle, la jeune anglaise évolue dans la bonne société anglaise avec l’élégance due à son rang. Le jour où elle hérite d’un dirigeable et d’une mission, la jeune femme saute de joie. La voilà partie, accompagnée de ses amis, pour l’Inde afin de rapporter une nouvelle variété de thé. Mais tout ne se passe décidément pas comme prévu.

Vous le savez, j’avais absolument adoré la série Le Protectorat de l’ombrelle de cette auteure, une série steampunk bourrée d’humour dans un Londres victorien absolument délicieux. J’étais enthousiaste à l’idée de découvrir cette suite – puisque Prudence est la fille de Lady Alexia et Lord Maccoon – et je me suis plongée avec délectation dans ce roman… en octobre ! Et vu que je l’ai terminé hier, vous en déduisez, à juste titre, que j’ai peiné dans ma lecture et que j’ai été beaucoup moins enthousiaste que ce que je pensais.

Gail Carriger offre une nouvelle galerie de personnages plutôt intéressants – Rue, mais aussi Primrose, Percy et Quesnel, tous fils ou filles de personnages de la première série – mais si l’ensemble est toujours aussi drôle, il manque un petit quelque chose. Une originalité, peut-être, quelque chose de vraiment singulier. L’intrigue ressemble à celle du Protectorat de l’ombrelle mais traîne un peu en longueur, surtout la scène de fin que j’ai trouvée interminable.

Et si Londres étaient merveilleusement bien décrit, l’Inde est Bombay sont survolés et ne donnent pas réellement à voir un cadre d’intrigue vraiment abouti. C’est dommage !

Bref, une lecture un peu poussive, en demi-teinte de mon côté. J’ai adoré retrouver l’univers steampunk imaginé par Gail Carriger mais j’ai été moins convaincue par ce premier tome. Je vais laisser une chance à cette nouvelle série en lisant le deuxième tome mais pas tout de suite.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
Chicky Poo
1 mois il y a

Ah ben tu vois, ça me rassure ! J’ai lu le premier tome en anglais et j’étais restée longtemps sur ma lecture. J’avais l’impression de ne pas avancer dans l’histoire. Du coup, j’ai les autres tomes… Mais je ne les ai jamais lus ^^

Samarian
1 mois il y a

Ah bah tout pareil !
Ce n’est pas mauvais, mais c’est tellement moins accrochant que la série sur Le protectorat de l’ombrelle. J’ai le tome 2 qui attend dans ma bibliothèque depuis un moment.
Je ne me souviens plus si tu as lu Le pensionnat de Mlle Géraldine ? J’ai bien aimé aussi et j’ai hâte que le tome 6 (je crois) soit traduit.

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x