Romans jeunesse

D’Or et d’Oreillers, Flore Vesco

D’Or et d’Oreillers est le nouveau roman de la jeune auteure francilienne Flore Vesco. Il est paru le mois dernier à L’Ecole des Loisirs.

L’histoire commence comme un conte. Il était une fois, un Lord, très riche, qui cherchait une épouse. Mais plutôt qu’un bal pour connaître les jeunes filles à marier, il imagine une drôle d’épreuve. Lord Handerson, c’est son nom, exige que chaque prétendante vienne passer une nuit seule, sans chaperon, dans son château de Blenkinsop Castle, nuit durant laquelle elle devra dormir sur un lit vertigineusement haut. Les rumeurs vont bon train, sur cette épreuve déshonorante, mais les familles alentours n’hésitent pas céder aux caprices du lord, dans l’espoir d’une union profitable. Ainsi, Mrs Watkins envoie ses trois filles, accompagnées de leur femme de chambre, à Blenkinsop Castle. Et contre toute attente, l’une d’elle retient l’attention du lord.

Je suis passée – pour le moment – à côté de L’estrange malaventure de Mirella, roman moult fois primé. Ainsi, quand j’ai vu ce nouveau titre de Flore Vesco paraître, j’ai sauté sur l’occasion pour éviter de refaire pareille erreur. Et quelle merveilleuse idée j’ai eue ! D’or et d’Oreillers est une pépite, je ne peux pas le dire autrement. Flore Vesco entraîne son lecteur dès les premières pages dans son conte revisité. Car il s’agit bien d’un conte, certes, mais d’un conte d’un genre nouveau, bien loin des récits de notre enfance. Par un savant jeu de mise en abyme, elle invite le lecteur à écouter l’histoire de cette princesse au petit pois qui n’a rien d’une princesse, et dont l’immense lit ne cache pas de petit pois. Détournant avec un humour cinglant ce conte bien connu, l’auteure le réécrit à sa manière, de façon poétique et très contemporaine. Sans vous en dévoiler trop, il est question de sensualité, de désir mais aussi de fantasmes, dans ce roman, le tout avec pudeur, évidemment, et un brin de sorcellerie.

La plume de Flore Vesco est d’une poésie rare, le rythme est bien mené, la langue imagée et les phrases mélodieuses. Difficile de reposer le livre une fois la première page ouverte ! L’auteure va plus loin en insérant ça et là, vers et chansons, comme dans les contes traditionnels, sans lourdeur ni ralentissement dans l’intrigue. L’ensemble est fluide et se dévore d’une traite.

Je ne vais pas vous en révéler davantage de ce joli conte surprenant et captivant. Mais suivez mon conseil : ne passez surtout pas à côté, vous le regretteriez. De mon côté, je le range précieusement pour le prêter à Zelda, dans quelques années. Un grand merci à L’École des Loisirs pour cette très belle découverte.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
eimelle
3 mois il y a

rien que la couverture est très belle !

Chicky Poo
3 mois il y a

Je l’ai gagné à un concours Instagram organisé par Hérisson, j’ai très très hâte de le recevoir 😀

Chicky Poo
3 mois il y a
Reply to  Soukee

Voilà, me suis régalée, comme je l’avais anticipé 😀 Un vrai bijou ! Je vais du coup essayer de choper L’estrange aventure de Mirella !:D

Stephie
3 mois il y a

Il me tente beaucoup, je vais suivre ton conseil 😉

8
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x