Littérature française

Neige, Maxence Fermine

9782020385800FSDécouvert il y a quelques mois chez Cynthia, ce premier roman de l’écrivain français Maxence Fermine publié en 1999 faisait partie de mes priorités de lecture.

1884. Le jeune Yuko, promis à une carrière militaire ou religieuse, fait le choix de devenir poète. Son sujet ? La neige. Sa méthode ? Des haïkus, poèmes japonais en trois vers et dix-sept syllabes.
Pour se perfectionner dans son art, le jeune homme part à la rencontre d’un vieux peintre spécialisé dans les couleurs.

D’une beauté époustouflante, ce roman subjugue son lecteur dès la première page. L’écriture de Maxence Fermine est d’une poésie rare, en écho au sujet de son roman : les haïkus.
L’intrigue développée est simple : le jeune Yuko veut perfectionner son art auprès d’un vieil homme, afin de donner de la couleur à ses haïkus monochromes consacrés à la neige. 
On suit avec délice le délicat parcours de ce jeune poète, ponctué de haïkus d’une beauté rare.
Que dire de plus si ce n’est que je suis enchantée au plus haut point et charmée par l’écriture de Maxence Sans_titre_2Fermine ? Vous en dire plus serait vous gâcher le plaisir de découvrir ce très court roman (96 pages) que je sacre douzième coup de cœur de mon année 2010. De quoi décider les indécis, non ?

« La neige est un poème. Un poème qui tombe des nuages en flocons blancs et légers.
Ce poème vient de la bouche du ciel, de la main de Dieu.
Il porte un nom. Un nom d’une blancheur éclatante.
Neige. » (p.13)

« Un matin, le bruit du pot d’eau qui éclate dans la tête fait germer une goutte de poésie, réveille l’âme et lui confère sa beauté.  C’est le moment de dire l’indicible. C’est le moment de voyager sans bouger. C’est le moment de devenir poète. » (p.16)

« Un matin, on se réveille. Il est temps de se retirer du monde pour mieux s’en étonner.
Un matin, on prend le temps de se regarder vivre. » (p.16)

« Le plus difficile, pour le poète, c’est de rester  continuellement sur le fil qu’est l’écriture, de vivre chaque heure de sa vie à hauteur du rêve, de ne jamais redescendre, ne serait-ce qu’un instant, de la corde de son imaginaire. En vérité, le plus difficile, c’est de devenir un funambule du verbe. » (p.81)

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

17 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Je l’ai beaucoup aimé également !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

J’aime bien les extraits que tu as choisis: je retiens le titre de ce livre!

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

c’est vrai qu’il a l’air très beau ce livre !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Un très beau livre qui reste pour moi aussi un grand coup de coeur ! Je suis ravie que tu en parles A bientôt pour de nouveaux coups de coeur !!

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Un livre magnifique que j’ai découvert il y a plusieurs années.

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Ce fut un gros coup de coeur pour moi aussi, tout comme « Soie » d’Alessandro Baricco ! Je suis contente qu’il t’ait tant plu

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

En effet,je note ce titre.

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Sans ton billet at l’avis de Cynthia, je crois que je n’aurais jamais ete tentee !!

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

C’était un coup de cœur pour moi aussi ! Il me tarde de lire d’autres livres de Maxence Fermine !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Brrr, quel mauvais souvenirs ces haïkus avec les élèves… du coup, ça ne me donne pas envie !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

On me l’a offert il y a quelques années et le résumé ne m’emballait pas vraiment, mais comme je n’avais pas d’autre livre sous la main, je m’y suis mise, et là j’ai été subjuguée par la beauté des mots de Maxence Fermine. Un coup de coeur pour moi aussi.

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

@patacaisse : Comment ne pas aimer ? Je m’interroge… @Mango : Je pense qu’il te plaira à coup sûr ! @Anne Sophie : Aucune excuse : il faut que tu le lises !! @yuko : Contente qu’il t’ait plu aussi ! @DeL : Heureusement que je l’ai vu chez Cynthia, sinon je serai passée à travers les mailles de ses filets… Ça aurait été bien dommage ! @Cynthia : Un GRAND merci à toi d’en avoir parlé sur ton blog ! Sans ça, je ne l’aurai peut-être pas découvert… @Alex-Mot-à-Mots : Je ne peux que te le conseiller très très… Lire la suite »

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

J’ai aimé ce bouquin mais sans plus. J’ai, comme tout lecteur, été charmé par la poésie qu’il dégage mais j’ai regretté l’emploi de certains mots qui rompent le charme (Femme accroupie urine et fait fondre la neige).
Bonne journée.

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

« Epoustouflant »… waouh Soukee ! Je prends ton lien. Bisous

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

@Philippe D.
Je comprends en effet, que ça puisse rompre le charme… Pour autant, je n’en avais pas souvenir. Bonne journée à vous aussi.

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

@Syl.
Je t’avais dit que j’avais adoré ! Bizz et bon weekend !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Pour répondre aussi à Philippe, le haïku reprend aussi le quotidien dans ses phases les plus primaires… Le poète voit, le poète exprime. J’ai bien aimé justement cet haïku qui m’a fait sourire.

17
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x