Biographies et écritures du moi

Une passion indienne, Javier Moro

passionJavier Moro est un scénariste espagnol né en 1955 (grand cru, diraient certains…) Il est l’auteur, entre autres, d’Il était minuit cinq à Bhopal, Le sari rose et Pied de Jaipur.

Une passion indienne relate la vie d’Anita Delgado, jeune danseuse andalouse dont s’est entiché le maharajah de Kapurthala, un petit état de l’Inde du Nord. Mariée à ce dernier à dix-huit ans, la jeune fille quitte son pays pour découvrir les Indes. Nous sommes en 1908. Le pays est encore sous la domination anglaise. La Partition n’est encore qu’un projet. Pour la jeune fille, cinquième épouse du maharaja et rebaptisée Maharani Prem Kumari, se faire accepter dans ce pays aux coutumes si éloignées des siennes n’est pas une mince affaire.

Il est un point sur lequel je voulais m’arrêter pour débuter ce billet, c’est son classement dans mon blog dans la catégorie « Biographies et écritures du moi ». Cette catégorisation m’a tiraillée, mais j’ai finalement opté pour ce choix. Sous-titré en effet « roman », ce livre n’est en rien une fiction et s’apparente en bien des points à une biographie de la princesse andalouse. L’auteur relate des faits de façon successive, sans parfois même prendre la peine de les lier entre eux, et n’éclaire à aucun moment son lecteur sur cet étrange sous-titre. Même si une biographie possède de façon intrinsèque une part fictionnelle due à l’interprétation de l’auteur des faits et de la vie de la personnalité à laquelle il s’intéresse, ici, rien n’est clair. Quelle est la part de fiction dans ce livre ? Mystère… Pour ma part, je n’ai à aucun moment eu l’impression de lire un roman dans la mesure où tous les éléments relatés sont historiquement avérés et que les photos présentes en fin d’ouvrage appuient ceux-ci.
Ce détail soulevé, je ne peux ensuite que vous avouer que cette lecture m’a profondément ennuyée. Je m’attendais à lire le récit haut en couleurs de cette femme, véritable jouet occidental pour le maharaja, et de sa vie romanesque s’il en est. Déception ! Javier Moro a construit son livre de manière chronologique, ce qui semble logique dans l’optique d’une biographie, mais n’a pas réussi à insuffler ce petit quelque chose qui aurait pu éveiller mon intérêt. J’ai eu l’impression de lire une énumération de faits mis bout à bout, sans réelle cohérence ni réflexion.
Dans son soucis de donner le maximum de détails sur le destin de cette femme, Javier Moro a oublié l’essentiel : intéresser son lecteur tout au long de ses 430 pages.Je ne vous cache pas ma déception. La vie d’Anita Delgado méritait une biographie davantage romanesque, à l’image de ce qu’elle a vécu, et non un documentaire présenté comme un conte de fées moderne sans aucune réflexion derrière…

Ce roman a été lu dans le cadre d’une lecture commune avec
Elea23. Je l’inscris bien entendu dans le cadre du Challenge « L’Inde en fêtes« .

logo_Inde

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments
Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Pas évident de réussir une bonne biographie. Celle-ci manque manifestement de romanesque et d’intérêt, dommage!

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

ah bah finalement je suis rassurée, je croyais être la seule à pas trop avoir apprécié!

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

il m’avait fait de l’oeil à la librairie l’autre jour. Mais comme d’hab, j’ai attendu de trouver des avis… et le tiens me dit que j’ai bien fait!

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Moi je l’ai lu comme un documentaire sur la vie des Maharajahs et du coup ça m’a bien plu. Mais c’est sûr que si on attend une biographie ou même une grande histoire d’amour on risque d’être déçu…

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Mince et moi qui voulais le lire… Mais bon, c’est toujours bon de savoir avant d’acheter !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Je l’ai déjà vu ailleurs ce bouquin, j’hésitais un peu, et tu ne m’aides pas là ^^ Je crois que je vais quand même le tenter, advienne que pourra !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Pas intéressant alors. Pourtant, la couverture est très belle.

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

J’ai un bon souvenir de ce livre que j’ai trouvé moins fastidieux à lire que « Le Sari rose ».

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

Moi il m’avait bien plu ce livre ! mais bon …
j’ai ajouté deux films (mai 2011) http://briggy13.canalblog.com/
et j’ai aussi lu « Compartiment pour dames » de Anita Nair (avril)
http://briggy13.canalblog.com/archives/p10-10.html
si tu pouvais mettre à jour ma liste. d’avance merci
bonne semaine

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

@Mango : C’est vraiment le problème…
@ogressedeparis : Et non, la preuve ! @Choupynette : Mais d’un autre côté celui d’Elea va te donner envie de le lire ! @Elea : C’est vraiment un documentaire et non pas un roman. Mais je comprends que tu aies aimé ! @Einoha : C’est sûr que c’est mieux de savoir ça avant de succomber.
@Océane : Et je lirai ton billet avec plaisir ! @Alex-Mot-à-Mots : Si seulement les couvertures étaient le reflet de ce qu’on allait trouver dans les livres…
@Anna : Il semble diviser les avis…
@briggy13 : C’est noté !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

En tout cas, la couverture est rès belle je trouve !

Anonyme
Anonyme
2021 années il y a

@Véro : Oui, c’est dommage que je n’ai pas été autant séduite par le contenu…

12
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x